Droit à la portabilité mutuelle : ce qu’il faut savoir

Le droit à la portabilité mutuelle permet aux salariés de conserver leur complémentaire santé et prévoyance après une rupture de contrat. Cette mesure offre une protection sociale temporaire cruciale aux personnes se retrouvant sans emploi.
🕰️ À retenirLa portabilité de la mutuelle a une durée limitée dans le temps, égale à celle du dernier contrat de travail avec un maximum de 12 mois. C'est une protection temporaire pour permettre au salarié de retrouver un nouvel emploi.

Qu'est-ce que la portabilité de la mutuelle ?

La portabilité de la mutuelle est un dispositif essentiel pour les salariés qui quittent leur entreprise. Elle leur permet de conserver leur couverture santé et prévoyance sans interruption et sans coût supplémentaire. Ce droit est encadré par plusieurs lois qui visent à protéger les intérêts des salariés.

Définition et objectifs de la portabilité de la mutuelle

La portabilité de la mutuelle consiste à maintenir les garanties de la complémentaire santé et de la prévoyance collective dont bénéficiait le salarié dans son ancienne entreprise. Ce dispositif s'applique après la cessation du contrat de travail, que ce soit suite à un licenciement (sauf faute lourde), une rupture conventionnelle, une fin de CDD ou un départ à la retraite. L'objectif principal de la portabilité est d'éviter une rupture de couverture pour le salarié et ses ayants droit éventuels. Ainsi, ils peuvent continuer à bénéficier des remboursements de soins et des prestations prévoyance (arrêt de travail, invalidité, décès) sans devoir souscrire immédiatement une nouvelle mutuelle individuelle.

Les lois encadrant la portabilité de la mutuelle

Deux lois principales encadrent le droit à la portabilité de la mutuelle :
  • La loi Evin n° 89-1009 du 31 décembre 1989, qui a instauré le maintien des garanties santé et prévoyance après le départ de l'entreprise.
  • La loi ANI (Accord National Interprofessionnel) de 2013, qui a généralisé et renforcé ce dispositif, en prévoyant notamment une durée de portabilité égale à la durée du dernier contrat de travail, dans la limite de 12 mois.

Les avantages de la portabilité pour le salarié

Le principal avantage de la portabilité est de permettre au salarié de conserver sa couverture santé et prévoyance dans les mêmes conditions que celles dont il bénéficiait chez son ancien employeur. Les garanties et les remboursements restent identiques, sans aucune formalité médicale à accomplir. De plus, la portabilité est totalement gratuite pour l'ancien salarié. Le financement est assuré par un système de mutualisation : ce sont les cotisations des salariés encore en poste dans l'entreprise qui permettent de maintenir les garanties pour les anciens salariés. Ainsi, grâce à la portabilité, le salarié peut se concentrer sereinement sur sa recherche d'emploi ou sa nouvelle situation, sans s'inquiéter de sa couverture santé et prévoyance. C'est un filet de sécurité essentiel qui lui permet de faire face aux aléas de la vie sans craindre de perte de droits.

Conditions pour bénéficier de la portabilité de la mutuelle

La portabilité de la mutuelle d'entreprise est un dispositif légal qui permet aux salariés de conserver leur couverture santé et prévoyance après la rupture de leur contrat de travail. Ce droit est encadré par des conditions précises que le salarié doit remplir pour en bénéficier.

Avoir adhéré à la complémentaire santé collective de l'entreprise

Pour pouvoir prétendre à la portabilité de la mutuelle, le salarié doit obligatoirement avoir été affilié à la complémentaire santé collective mise en place par son employeur. Cette adhésion peut être obligatoire ou facultative selon les accords d'entreprise en vigueur. Si le salarié a fait le choix de ne pas adhérer à la mutuelle d'entreprise, il ne pourra pas bénéficier de la portabilité.

Justifier d'une ancienneté minimale d'un mois

Le salarié doit avoir été employé dans l'entreprise pendant au moins un mois pour avoir droit au maintien de sa couverture santé. Cette condition s'applique quel que soit le type de contrat (CDI, CDD, intérim, apprentissage, etc.). Les salariés en période d'essai peuvent donc en bénéficier s'ils remplissent cette condition d'ancienneté.

Cesser son contrat de travail pour un motif ouvrant droit à l'assurance chômage

La portabilité de la mutuelle est réservée aux salariés qui perdent leur emploi suite à un licenciement (sauf faute lourde), une rupture conventionnelle, une fin de CDD ou de mission d'intérim, une inaptitude, etc. Tous les motifs de rupture du contrat de travail qui permettent de bénéficier d'une indemnisation par l'assurance chômage. La démission n'ouvre pas droit à la portabilité, sauf si elle est considérée comme légitime par Pôle Emploi.
Motif de rupture du contrat Droit à la portabilité
Licenciement (sauf faute lourde) Oui
Rupture conventionnelle Oui
Fin de CDD ou de mission d'intérim Oui
Inaptitude Oui
Démission (sauf légitime) Non
Faute lourde Non

Cas particuliers : retraite, invalidité, incapacité

Les salariés qui partent à la retraite, sont en invalidité ou en incapacité peuvent aussi bénéficier de la portabilité de leur mutuelle sous certaines conditions :
  • Pour un départ à la retraite, il faut que le contrat de travail soit rompu
  • Pour une invalidité ou incapacité, il faut percevoir des indemnités journalières ou une rente et que le contrat soit suspendu

Portabilité automatique gérée par l'employeur

Lorsque les conditions sont remplies, la portabilité est de droit et s'applique automatiquement dès le lendemain de la date de fin du contrat de travail. L'employeur doit informer l'organisme assureur de la cessation du contrat et du maintien des droits du salarié. Ce dernier n'a aucune démarche particulière à effectuer, si ce n'est de fournir à l'assureur une attestation Pôle Emploi justifiant de sa prise en charge par l'assurance chômage.

Durée et coût de la portabilité de la mutuelle

La portabilité de la mutuelle est un droit permettant aux salariés de conserver leur couverture santé complémentaire après la fin de leur contrat de travail. Ce dispositif, encadré par la loi, offre une continuité de protection sociale pendant une période déterminée. Mais quelle est la durée exacte de ce maintien des garanties et qui en supporte le coût ?

Une durée de portabilité égale à celle du dernier contrat de travail

La durée de la portabilité de la mutuelle correspond à la durée du dernier contrat de travail du salarié dans l'entreprise, appréciée en mois entiers. Toutefois, cette durée est plafonnée à 12 mois maximum. Ainsi, si un salarié a travaillé pendant 5 mois dans l'entreprise avant son départ, il pourra bénéficier de la portabilité pendant 5 mois. En revanche, si son ancienneté est de 3 ans, la portabilité sera limitée à 12 mois. Quelques exemples concrets pour mieux comprendre le calcul de la durée de portabilité :
  • Un CDD de 4 mois donne droit à 4 mois de portabilité
  • Un CDI ayant duré 8 mois ouvre droit à 8 mois de portabilité
  • Un contrat d'intérim de 6 mois et demi permet de conserver la mutuelle pendant 7 mois
  • Un CDI de 5 ans donne droit au maximum légal de 12 mois de portabilité

Une portabilité gratuite pour le salarié

Pendant toute la durée de la portabilité, le salarié continue de bénéficier des mêmes garanties santé qu'il avait lors de l'exécution de son contrat de travail, et ce sans aucun coût à sa charge. Le financement de la portabilité est assuré par un système de mutualisation :
  • Les salariés actifs de l'entreprise cotisent davantage pour permettre le maintien des garanties des anciens salariés
  • L'employeur participe également au financement de la portabilité au travers de sa cotisation patronale
Ainsi, le coût de la portabilité est intégralement supporté par l'entreprise et les salariés en poste, dans un esprit de solidarité professionnelle.

Les cas de fin anticipée de la portabilité

Si la portabilité de la mutuelle est acquise pour une durée déterminée, certains événements peuvent néanmoins y mettre fin de façon anticipée :
  • La reprise d'un emploi par le salarié, que ce nouvel emploi donne lieu ou non à une couverture santé collective
  • La cessation du versement des allocations chômage
  • Le départ à la retraite de l'ancien salarié
  • Le non-paiement des cotisations par l'entreprise à l'organisme assureur
Dans ces situations, le droit à la portabilité cesse avant son terme initial. L'ancien salarié devra alors souscrire une mutuelle individuelle s'il souhaite continuer à bénéficier d'une couverture santé complémentaire.

Portabilité de la mutuelle pour les ayants droit

La portabilité de la mutuelle d'entreprise ne concerne pas uniquement le salarié qui quitte son emploi. Sous certaines conditions, les ayants droit du salarié peuvent également bénéficier de ce dispositif avantageux. Découvrons ensemble comment la portabilité s'applique au conjoint et aux enfants du salarié.

Conditions pour les ayants droit

Pour que les ayants droit puissent profiter de la portabilité de la mutuelle, deux conditions essentielles doivent être remplies :
  • Les ayants droit doivent avoir été couverts par la mutuelle d'entreprise du salarié au moment où son contrat de travail a pris fin. Autrement dit, ils devaient bénéficier d'un "contrat famille" dans le cadre de la complémentaire santé collective.
  • Le salarié doit lui-même remplir les conditions ouvrant droit à la portabilité, à savoir avoir travaillé au moins un mois dans l'entreprise, ne pas avoir été licencié pour faute lourde et pouvoir prétendre à une indemnisation chômage.

Mêmes garanties, gratuité identique

Lorsque ces conditions sont réunies, les ayants droit bénéficient exactement des mêmes garanties que celles dont disposait le salarié dans le cadre de sa mutuelle d'entreprise. Qu'il s'agisse des remboursements de soins courants, d'optique, de dentaire ou encore d'hospitalisation, le niveau de couverture reste inchangé pendant toute la durée de la portabilité. De plus, tout comme pour le salarié, la portabilité est totalement gratuite pour les ayants droit. Aucune cotisation n'est à régler, puisque le financement de ce dispositif est assuré par les salariés actifs de l'entreprise et par l'employeur.

Cas particuliers

Départ à la retraite

Lorsqu'un salarié part à la retraite, ses ayants droit peuvent continuer à bénéficier de la mutuelle d'entreprise pendant une durée maximale de 12 mois, à condition que le salarié en fasse la demande auprès de l'organisme assureur. Les garanties restent identiques, mais la portabilité devient payante pour le retraité et ses ayants droit.

Perception d'une rente d'incapacité ou d'invalidité

Si le salarié perçoit une rente d'incapacité ou d'invalidité à la suite de la rupture de son contrat de travail, ses ayants droit peuvent bénéficier de la portabilité de la mutuelle tant que cette rente est versée, dans la limite de 12 mois. Là encore, les garanties sont maintenues à l'identique, mais la portabilité est payante.

Obligations de l'employeur et démarches

L'employeur a l'obligation d'informer l'organisme assureur du départ du salarié et de la nécessité de maintenir les garanties pour lui et ses ayants droit. Il doit également remettre au salarié une notice d'information précisant les conditions et la durée de la portabilité. De leur côté, les ayants droit n'ont pas de démarche particulière à effectuer, sauf s'ils souhaitent renoncer à la portabilité. Dans ce cas, ils doivent en informer l'organisme assureur par écrit. La portabilité de la mutuelle est un acquis social majeur qui assure une continuité des droits santé aux salariés dans une période de transition professionnelle. Bien que temporaire, ce dispositif apporte un réel soutien face aux aléas de la vie. À l'avenir, on peut espérer que ce droit soit étendu et que les démarches soient davantage simplifiées pour le bien-être des travailleurs.
Puis je changer de mutuelle quand je veux ?
Mutuelle et invalidité catégorie 1 : ce qu’il faut savoir

Plan du site